Le théâtre de l’opprimé

La semaine dernière nous avons eu la visite d’animateurs socioculturels venus du Céméa Nord Pas de Calais. 
Magda, la personne chargée de l’accueil de ce groupe à Lisbonne, leur avait concocté un programme de découverte de la ville sur les plans touristique, culturel et social.

Nous avons eu la chance d’en profiter et nous sommes notamment joints à eux pour des activités de découverte du théâtre de l’opprimé.

KESS KE Cé ?

C’est une forme de théâtre créée par le brésilien Augusto Boal dans les années ’60/’70. Pour lui, le théâtre est un moyen de communiquer, dans lequel le spectateur a un statut de spect-acteur. Acteur, parce qu’il peut intervenir sur scène et changer l’action dramatique, et acteur parce que : “Nous sommes tous des acteurs : être citoyen, ce n’est pas vivre en société, c’est la changer.” C’est ce qu’il appelle la Poétique de l’Opprimé.

Ainsi, le théâtre de l’opprimé vise à faire naître une réflexion sur la société, sur notre vision qu’on a d’elle, sur notre vie, mais a la particularité de poser un cadre de réflexion commun aux spectateurs et aux acteurs pour chercher des solutions ensemble.

“Quand nous regardons au-delà des apparences, nous voyons des oppresseurs et des opprimés, dans toutes les sociétés, les ethnies, les sexes, les classes et les castes ; nous voyons un monde injuste et cruel. Nous devons inventer un autre monde parce que nous savons qu’un autre monde est possible. Mais il nous appartient de le construire de nos mains en entrant en scène, sur les planches et dans notre vie.”

COMMENT CA MARCHE?

Le théâtre de l’Opprimé compte plusieurs procédés ou sous-types. Nous avons surtout travaillé le théâtre-image:

Des acteurs forment une image statique. Une personne de la troupe est chargée de faire le lien entre les acteurs et les spectateurs. On l’appelle le Joker.

Le Joker pose alors deux questions aux spectateurs:

« Pour vous, qui est l’Opprimé et l’oppresseur? »

puis « Qu’est-ce que vous voudriez changer dans cette scène? »

Le joker aide le public à exprimer ses souhaits et l’invite sur scène.  Ceux qui le veulent peuvent prendre la place d’un acteur sur scène  et proposer un autre déroulement de l’image, comme solution à l’oppression qu’il voit. On donne la possibilité au public-peuple d’expérimenter toutes ces idées et de vérifier à l’épreuve de la pratique théâtrale leur faisabilité.

La personne qui a animé l’atelier nous a mentionné un autre procédé, le théâtre invisible. Comme il est expliqué sur cette page “Le théâtre invisible a été inventé en Amérique latine, à un moment où il devenait trop dangereux de militer de façon traditionnelle ouvertement. On joue une scène au milieu de gens qui ne sont pas des spectateurs : dans la rue, la queue d’un cinéma, un restaurant, un marché, un train… Ceux qui se trouvent là assistent à la scène par hasard et ignorent qu’il s’agit d’un spectacle.” (la suite ici)

Y a aussi d’autres procédés de FOU comme le théâtre de forum ou le théâtre législatif. Si le théâtre est un art qui vous plait, je vous recommande vivement de vous renseigner plus en détails sur le théâtre de l’opprimé.

Je vous laisse sur un des résultats de notre théâtre image – avec notre animatrice tout à droite 🙂

Image

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s