Saison 1 – Episode 4 : Le comique de situation

Fiche d’identité du Marquês de Pombal: 

Image

Homme de petite

taille sali par l’usure

Front proéminent

P’tit bidon à la Dubrésil

Bras pour un free-hug

Yeux de Chinois dans Tin-Tin

Jambes parallèles

Cheveux … hum, disons verts ? Dressés ?

Après cette canard-coqueuse rencontre, notre petit indien prit le si touristique et ancestral tchou-tchou jaune afin de rejoindre le marché de Graça. Attiré par le son du Cajon et du saxophone, il se stop extasié, dans la foule. Cette musique chaleureuse, entraînante ,- et qui lui rappelle un film de Kusturica qu’il n’a pas encore vu-  Dubrésil s’exclame malgré lui : “Que linda musica!”.

Et un inconnu de répondre : “Toutafé c’est exquis”.

– “Bom Dia; Dubrésil de la caravelle 6, communément appelé dans mon pays natal, celui qui menait le file indienne.

– Bal’pon du Gutalport, communément appelé dans mon pays Marquês de Pombal.

– Bienvenue en cette contrée. Quel bon vent vous amène ?

– Le vent de l’Ouest pardi!

– Si cela vous enchante, je me propose d’être votre guide local pour une petite promenade dans ce marché.”

Il accepta la proposition, et les voilà partis en exploration.

Sons : le marchant du haut qui cri le prix de ces couteaux, le fado qui égraine ces notes dans la roulotte, la porcelaine qui se brise sur le bitume, la jeune femme qui gronde ces enfants, le craquement huileux de la friture au contact des dents de l’Anglais, le battement des ails grises du pigeon qui frôle le mocassin de Miguel Luis Rodrigues, des objets dépareillés qui s’entrechoquent pour se ranger et le tapis qui bat le mur en pierre.

Images : cette espace improbable et confortant, protégé par le majestueux panthéon, le Tage, le parc au beau milieu d’un quartier au milles histoires. Passer la porte. S’émerveiller d’un petit monde qui fourmille, mouvant. Une mécanique gigantesque qui regroupe tous les souvenirs de nos grandes mères : la fourrure pour le mariage, la petite boite, la carte postale, le miroir brisé, le vieux vinyle, une chaussure oubliée, le premier jouet de Mario, le manche d’un moulin à grain, et autres bizarreries utiles ou précieuses.

Narine : odeur de pierre fraîchement arrosée, de cuivre oxydé, de parfum alcoolisé, de la confrontation des corps, de la poussière remuée, de cave humide et du soleil installé.

P1090309

 

P1090314

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s